Un Marocain au Mundial de Capoeira 2/3

Un article de Tornado, Casablanca Maroc nouveau contributeur SouCapoeira!

La première partie du voyage, c’est ici!

Bien évidement, nous arrivons en retard mundial_capoeira_muzenza(sûrement une influence involontaire de ma génétique marocaine)! On se fait donc bien remarquer en entrant dans la salle de conférence sur le développement et l’avenir de la capoeira.  Fort heureusement, que des sourires et des rires qui se transformeront après la conférence en accolades et embrassades, tous mes amis et profs installés en Angleterre, France, Espagne, Brésil et ailleurs sont là.

La conférence est intéressante, mais mon intérêt se porte ailleurs. Qui est là ? Qui seront mes concurrents dans ma catégorie ? J ai froid ! Foutue clim et moi qui suis trempé ! J’ai la dalle !! Oh sympa les nouveau sweat ! P…. ce que j’ai froid !!!

Mais on enchaine déjàsur les stages ! Avec ni plus ni moins que le fameux contra mestre Mureta. (Pourquoi fameux ? …il suffit de le googler et de voir sa carrure pour comprendre). Objet du cours : la cintura despresada ! …sur sol en béton armé SVP…
J ai la naïveté de penser que je peux porter un vêtement de compression sous mon t-shirt, tellement j ai froid, je me fais gronder direct ! « TOUT EN BLANC », allez, cintura despresada sur béton armé en me les gelant, c est barbare… J’ADORE ! 🙂

Le lendemain, je me présente au grand mestre Burgues, qui me remet des documents à remplir et m’annonce que suite à mon travail développé pour la capoeira dans mon pays et en accord avec mon maitre Mola, je vais changer de corde.
( Ah bon ??? Pas prévu ça !)

Mes documents remplis, il m’envoie vers la très secrète « salle 5 ».
J’y entre, et je me fais direct renvoyer: « SORS ET FERME LA PORTE! » En même temps, je comprends la méprise : les moins gradés à passer les exams avaient au moins 3 grades au dessus de moi.

© Tornado
© Tornado

– Heu… Mestre Burgues m’a envoyé ici… C’est bien la salle 5? (Non parce que sinon moi je me barre, j’ai froid, j’ai faim.. pensais-je  🙂 )
– OK ! Alors dépêche toi ! L’examen commence !

On passe d’un atelier à l’autre, nous sommes moins d’une dizaine par groupe, encadrés à chaque fois par 3 maitres. Compétence technique, nom des techniques, habilité et méthodologie pour les enseigner, tout est testé ! C est toujours impressionnant de voir des professeurs de second niveau se faire remonter les bretelles ! C’est sévère, c’est dur, c’est carré, en bref : c’est ACADEMIQUE !

On enchaine les ateliers, histoire de la capoeira, histoire des maitres, instruments, batteries, des questions des plus surprenantes et inattendues s’enchainent pendant cet exam. Ici, on ne rigole PAS avec le fait d’être habilité à enseigner la capoeira… J aurai donné très cher pour montrer ça à tous les faux profs de faux groupes qui pullulent dans mon pays, comme tout endroit où la capoeira est encore très jeune.

L’examen fini, on se retrouve quelques heures plus tard dans une grande salle, un genre de théâtre (full!), pour la cérémonie de graduation. Et je découvre que l’on m’a fait sauter 3 graduations d’un coup. Me voila directement bombardé corde Bleu Verte !! Me voilà de « l’autre coté » ! Tous les compteurs remis à zéro et l’apprentissage reprenant comme au 1er jour ! Je suis ému ! Je suis touché ! ( Et j’ai froid…)

La nuit suivante a été apocalyptique ! Fièvre, vomissement, toux, les conséquences du choc thermique. A 6 heures du matin, je décide de déclarer forfait pour le championnat, n’ayant même pas la force de me lever pour aller vomir tellement je sens tous mes muscles et tendons endoloris, mes yeux brûlants et mon souffle absent.

La suite la semaine prochaine…

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager! 
N’oubliez pas de liker SouCapoeira sur facebook et de nous suivre sur twitter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.