Top 5 des personnes à éviter à l’entraînement

Ah, c’est enfin l’heure de l’entraînement ! Vous avez attendu ce moment avec impatience pendant votre dure journée de travail et vous vous dîtes, allez, j’en profite !

Rencontre avec Vanyda
© Vanyda

Seulement, vous n’êtes pas le seul… Toute la journée, ils ont aussi attendu l’heure de l’entraînement, mais pour vous le pourrir ! Qui sont-ils et comment les gérer ?

1. Monsieur/ Madame « Je-sais-tout ».
Comment il/elle opère: il va vous transmettre TOUT son savoir alors que vous n’avez rien demandé. En séquence d’entraînement, c’est celle qui vous arrête à chaque demi-mouvement pour vous corriger, vous reprendre, et en profiter pour vous expliquer la vie. En roda, c’est celui qui fait le tour en tapant fort dans ses mains et en vous regardant dans les yeux en vous montrant bien que c’est LUI qui anime, alors au boulot ! Et détrompez-vous, ce n’est pas forcément le plus gradé de la salle qui adopte cette attitude.

akinator_10_triomphe
© web-tech

Des débutants peuvent aussi avoir tout à coup l’impression d’avoir l’art infus.
L’envie : « Tu veux que je te montre que je sais le faire, le martelo ? »
L’option cash : Ton mielleux : « Oh, merci de tes conseils ! C’est fou tout ce que tu sais pour un débutant ! » (A éviter sur les gradés, évidemment)
L’option diplomatique : « Ca te dit qu’on essaye de faire la séquence deux-trois fois, et tu m’expliques après ce qui n’allait pas ? » (Avec un peu de chance, au bout de deux-trois fois, vous changez de partenaire)

2. Monsieur/ Madame « TROP-Sympa »
Comment il/elle opère : Vous voyez, celui qui vous murmure des petites blagues à l’oreille quand le prof explique l’exercice ? Celui qui connaît la vie de tout le monde et a bien envie de connaître les détails croustillants de la vôtre ? Celui-là, il n’est pas là pour s’entraîner mais pour récolter les potins et les dossiers.

atkinson
© horsjeux.net

Il va vous raconter ce qui lui est arrivé (de ouf !) à la soirée de samedi et le dernier scandale sur Machin(e)… Passionnant, certes, mais à la fin de l’exercice, vous n’aurez rien compris à l’enchaînement. Sans compter que les potins, il va les raconter… à tout le monde !
L’envie : « Et tu fermes ta gueule parfois ? »
L’option cash : « Oh tu sais si on commence sur la vie des autres ça va nous prendre toute l’heure. On s’entraîne un peu pour voir ? »
L’option diplomatique : « On va prendre un verre après le cours et tu me racontes tout ça ? » (Risqué, mais si ça peut le faire taire cinq minutes…)

3. Monsieur/ Madame « Pas-content(e) »
Comment il/elle opère : Ah mais c’est duuuuuur cet exercice… Ah mais je suis crevé(e) ce soir… Pff, j’en ai marre de ces mouvements de débutants, on ne fait jamais d’acro… Pff, franchement il fait trop chaud/ trop froid dans cette salle… Oh la là qu’est-ce qu’ils sont lents… Vous l’avez compris, celui-là, il a envie de faire du mauvais esprit et de pourrir la soirée de tout le monde.

Felonius gru
© emaze.com

Il va passer votre entraînement à critiquer tout ce qui passe et tout le monde, et souffler bruyamment tout le long de l’exercice. Difficile d’enchaîner plus de deux mouvements avant qu’il s’assoie par terre et boude.
L’envie : « T’es pas content, tu te casses ok ? »
L’option cash : « Tu vas faire une sieste et tu reviens quand tu es de meilleure humeur ? »
L’option diplomatique : Grand sourire : « Allez Grognon, motive-toi, on est là pour s’éclater ! »

4. Monsieur/ Madame « Chouchou »
Comment il/elle opère : L’objectif du chouchou est d’être protégé, cajolé, voire aimé. Par le prof, mais aussi par vous. Repérable par la double stratégie admiration/séduction. La première partie : brossage-dans-le-sens-du-poil, parfois combinée aux grands-yeux-regard-de-chat-triste. Vous voyez celle qui vous couvre de compliments et prend un air admiratif quand vous faites le moindre petit aú ? Qui vous prie (à genoux) de partager un peu votre grande connaissance ? Méfiance !

Hitch Movie
© rogerebert.com

(Non, non, on ne remet pas en cause le fait que vous êtes absolument génial, mais…)
La deuxième partie : la GRANDE séduction. La demoiselle qui porte un haut bien décolleté, le monsieur qui tombe le T-shirt (mais il fait -12°C !) pour montrer ses abdos. Le chouchou est là pour devenir la mascotte ou l’objet de vos désirs, pas un capoeirista. En version séduction, c’est celle qui s’étire en sortant le buste, en gémissant, et/ou en vous regardant en battant des cils (maquillés, évidemment). En version premier-de-la-classe, il/elle accapare le prof pour demander si son armada est bien droite et s’il peut lui (re)montrer le mouvement.
L’envie : Pour les séducteurs, variable selon le sex-appeal de la demoiselle/du monsieur. Pour le premier de la classe : « Finalement, on peut taper les gens qui ont des lunettes? »
L’option cash : Pour les séducteurs : « C’est marrant, on voit tes seins quand tu te penches ! » « Heu t’es mignon mais avec la transpiration, là, il vaut mieux que tu remettes ton t-shirt ». Pour le 1er de la classe : « Tu veux qu’on t’écrive les mouvements pour que tu révises à la maison ? »
L’option diplomatique : Ne rien faire/ les éviter. Sans attention, les « chouchous » se calment vite, ou s’en vont.

5. Monsieur/Madame « Moi d’abord »
Alors lui, il n’est pas là pour se faire des collègues. Il/elle sait TOUT, mais contrairement à Monsieur/ Madame Je-sais-tout (cf. n°1), il/elle n’a pas l’intention de partager son savoir, la capoeira c’est chacun pour soi, c’est bien connu !

Zlata
© Allpaname.fr

Existe en plusieurs versions : Monsieur se regarde dans la glace pendant qu’il fait ses mouvements, tout en prenant bien toute la place ; Madame fait son enchaînement de son côté, et son partenaire, il suit ou il dégage ; Monsieur passe devant tout le monde dans la roda pour aller jouer… En entraînement, il va faire son truc et se fiche bien de savoir si vous suivez, si vous apprenez, ou si vous en profitez. A la moindre erreur, il va vous regarder de travers, voire souffler (sous-entendu, t’es vraiment trop nul mon pauvre…)
L’envie : « Eh connard, t’as réalisé que t’es pas tout seul là ? »
L’option cash : Gros coup de pied dans sa face.
L’option diplomatique : Gros coup de pied dans sa face. (Non, parfois il n’y a pas d’autre solution)

Vous en voyez d’autres ?

Cet article est entièrement fictionnel. Toute ressemblance avec des évènements ou des personnes ayants existé ne serait que fortuite et pure coïncidence. Évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.