Capoeira en France !CoursEnseignementHistoire(s) de capoeiraJeuLes petites histoiresTop

Top 5 des personnes à éviter à l’entraînement

Ah, c’est enfin l’heure de l’entraînement ! Vous avez attendu ce moment avec impatience pendant votre dure journée de travail et vous vous dîtes, allez, j’en profite !

Rencontre avec Vanyda

© Vanyda

Seulement, vous n’êtes pas le seul… Toute la journée, ils ont aussi attendu l’heure de l’entraînement, mais pour vous le pourrir ! Qui sont-ils et comment les gérer ?

1. Monsieur/ Madame « Je-sais-tout ».
Comment il/elle opère: il va vous transmettre TOUT son savoir alors que vous n’avez rien demandé. En séquence d’entraînement, c’est celle qui vous arrête à chaque demi-mouvement pour vous corriger, vous reprendre, et en profiter pour vous expliquer la vie. En roda, c’est celui qui fait le tour en tapant fort dans ses mains et en vous regardant dans les yeux en vous montrant bien que c’est LUI qui anime, alors au boulot ! Et détrompez-vous, ce n’est pas forcément le plus gradé de la salle qui adopte cette attitude.

akinator_10_triomphe

© web-tech

Des débutants peuvent aussi avoir tout à coup l’impression d’avoir l’art infus.
L’envie : « Tu veux que je te montre que je sais le faire, le martelo ? »
L’option cash : Ton mielleux : « Oh, merci de tes conseils ! C’est fou tout ce que tu sais pour un débutant ! » (A éviter sur les gradés, évidemment)
L’option diplomatique : « Ca te dit qu’on essaye de faire la séquence deux-trois fois, et tu m’expliques après ce qui n’allait pas ? » (Avec un peu de chance, au bout de deux-trois fois, vous changez de partenaire)

2. Monsieur/ Madame « TROP-Sympa »
Comment il/elle opère : Vous voyez, celui qui vous murmure des petites blagues à l’oreille quand le prof explique l’exercice ? Celui qui connaît la vie de tout le monde et a bien envie de connaître les détails croustillants de la vôtre ? Celui-là, il n’est pas là pour s’entraîner mais pour récolter les potins et les dossiers.

atkinson

© horsjeux.net

Il va vous raconter ce qui lui est arrivé (de ouf !) à la soirée de samedi et le dernier scandale sur Machin(e)… Passionnant, certes, mais à la fin de l’exercice, vous n’aurez rien compris à l’enchaînement. Sans compter que les potins, il va les raconter… à tout le monde !
L’envie : « Et tu fermes ta gueule parfois ? »
L’option cash : « Oh tu sais si on commence sur la vie des autres ça va nous prendre toute l’heure. On s’entraîne un peu pour voir ? »
L’option diplomatique : « On va prendre un verre après le cours et tu me racontes tout ça ? » (Risqué, mais si ça peut le faire taire cinq minutes…)

3. Monsieur/ Madame « Pas-content(e) »
Comment il/elle opère : Ah mais c’est duuuuuur cet exercice… Ah mais je suis crevé(e) ce soir… Pff, j’en ai marre de ces mouvements de débutants, on ne fait jamais d’acro… Pff, franchement il fait trop chaud/ trop froid dans cette salle… Oh la là qu’est-ce qu’ils sont lents… Vous l’avez compris, celui-là, il a envie de faire du mauvais esprit et de pourrir la soirée de tout le monde.

Felonius gru

© emaze.com

Il va passer votre entraînement à critiquer tout ce qui passe et tout le monde, et souffler bruyamment tout le long de l’exercice. Difficile d’enchaîner plus de deux mouvements avant qu’il s’assoie par terre et boude.
L’envie : « T’es pas content, tu te casses ok ? »
L’option cash : « Tu vas faire une sieste et tu reviens quand tu es de meilleure humeur ? »
L’option diplomatique : Grand sourire : « Allez Grognon, motive-toi, on est là pour s’éclater ! »

4. Monsieur/ Madame « Chouchou »
Comment il/elle opère : L’objectif du chouchou est d’être protégé, cajolé, voire aimé. Par le prof, mais aussi par vous. Repérable par la double stratégie admiration/séduction. La première partie : brossage-dans-le-sens-du-poil, parfois combinée aux grands-yeux-regard-de-chat-triste. Vous voyez celle qui vous couvre de compliments et prend un air admiratif quand vous faites le moindre petit aú ? Qui vous prie (à genoux) de partager un peu votre grande connaissance ? Méfiance !

Hitch Movie

© rogerebert.com

(Non, non, on ne remet pas en cause le fait que vous êtes absolument génial, mais…)
La deuxième partie : la GRANDE séduction. La demoiselle qui porte un haut bien décolleté, le monsieur qui tombe le T-shirt (mais il fait -12°C !) pour montrer ses abdos. Le chouchou est là pour devenir la mascotte ou l’objet de vos désirs, pas un capoeirista. En version séduction, c’est celle qui s’étire en sortant le buste, en gémissant, et/ou en vous regardant en battant des cils (maquillés, évidemment). En version premier-de-la-classe, il/elle accapare le prof pour demander si son armada est bien droite et s’il peut lui (re)montrer le mouvement.
L’envie : Pour les séducteurs, variable selon le sex-appeal de la demoiselle/du monsieur. Pour le premier de la classe : « Finalement, on peut taper les gens qui ont des lunettes? »
L’option cash : Pour les séducteurs : « C’est marrant, on voit tes seins quand tu te penches ! » « Heu t’es mignon mais avec la transpiration, là, il vaut mieux que tu remettes ton t-shirt ». Pour le 1er de la classe : « Tu veux qu’on t’écrive les mouvements pour que tu révises à la maison ? »
L’option diplomatique : Ne rien faire/ les éviter. Sans attention, les « chouchous » se calment vite, ou s’en vont.

5. Monsieur/Madame « Moi d’abord »
Alors lui, il n’est pas là pour se faire des collègues. Il/elle sait TOUT, mais contrairement à Monsieur/ Madame Je-sais-tout (cf. n°1), il/elle n’a pas l’intention de partager son savoir, la capoeira c’est chacun pour soi, c’est bien connu !

Zlata

© Allpaname.fr

Existe en plusieurs versions : Monsieur se regarde dans la glace pendant qu’il fait ses mouvements, tout en prenant bien toute la place ; Madame fait son enchaînement de son côté, et son partenaire, il suit ou il dégage ; Monsieur passe devant tout le monde dans la roda pour aller jouer… En entraînement, il va faire son truc et se fiche bien de savoir si vous suivez, si vous apprenez, ou si vous en profitez. A la moindre erreur, il va vous regarder de travers, voire souffler (sous-entendu, t’es vraiment trop nul mon pauvre…)
L’envie : « Eh connard, t’as réalisé que t’es pas tout seul là ? »
L’option cash : Gros coup de pied dans sa face.
L’option diplomatique : Gros coup de pied dans sa face. (Non, parfois il n’y a pas d’autre solution)

Vous en voyez d’autres ?

Cet article est entièrement fictionnel. Toute ressemblance avec des évènements ou des personnes ayants existé ne serait que fortuite et pure coïncidence. Évidemment.

Related posts
Capoeira en France !Les petites histoiresLifestyleSocio-anthropologie

Caipora

Caipora Prononciation portugaise: [kajˈpɔɾɐ] est une entité de la mythologie TupiGuarani au Brésil . Le mot « Caipora » vient du tupi et signifie « habitant de la forêt ».

Il est représenté comme un petit Indien à la peau foncée, nu avec une très longue crinière noire, fumant un cigare et très malicieux. Parfois, Caipora est décrit comme une fille et d’autres fois comme un garçon. La représentation de la créature varie selon les régions du Brésil et est parfois confondue avec Curupira , une autre créature mythologique qui protège la forêt. Curupira est souvent décrit comme un garçon aux cheveux roux, qui a les pieds en arrière pour tromper les traqueurs.

Dans certaines régions, les tribus indigènes pensaient que les Caipora avaient peur de la lumière. Pour cette raison, ils se promenaient dans la forêt en se protégeant avec des braises. [1] Certains disent qu’il monte un bon pécari avec un bâton. Dans certaines autres régions du Brésil, le Caipora est considéré comme un cannibale et peut manger n’importe quoi, même les plus petits insectes.

Le Caipora est connu comme un habitant de la forêt, un roi des animaux, et est très vengeur des chasseurs qui ne respectent pas les règles du « fair-play » lors de la chasse. On raconte que cela effraie les proies et « cache » les traces d’animaux ou fait fuir les chasseurs dans la jungle. Il désoriente les chasseurs en simulant des bruits d’animaux et en laissant de fausses pistes.

Selon une croyance populaire, son activité s’intensifie les jours où la chasse n’est pas censée avoir lieu, donc les vendredis, les dimanches et les jours de culte. Les croyances religieuses interdisaient de chasser certains jours, mais certains ont prétendu pouvoir tromper le protecteur de la forêt. On sait que le Caipora aime la fumée, alors le jeudi soir, les chasseurs laissaient la fumée près du tronc d’un arbre et disaient «Toma, Caipora, deixa eu ir embora» [2] [3] (qui signifie «voilà») Caipora, laisse-moi partir « en portugais). La chance des chasseurs est également due aux dons de propitiatoire qui ont été offerts à la créature.

La Caipora , également appelée  » Caipora do Mato « , est une figure du folklore brésilien, considérée comme la protectrice des animaux et la gardienne des forêts.

Notez qu’il peut être représenté par un homme ou une femme. Cela varie en fonction de la région dans laquelle la légende est rapportée.

Son origine est dans la mythologie autochtone Tupi-Guarani. Du tupi, le mot « caipora » ( caapora ) signifie « habitant de la brousse ».

Quand elle sent qu’un chasseur entre dans la forêt avec l’intention d’abattre des animaux, elle laisse échapper des hurlements et des cris pour effrayer ces hommes.

Son intention est de prendre soin de ces animaux et de protéger l’environnement. La légende dit que leur force est plus grande les jours saints et les week-ends.

Le saviez-vous?

Dans le nord et le nord-est du pays, où cette légende a plus de représentation, ils utilisent ce terme pour dire que quelqu’un est malchanceux et malheureux.

Caractéristiques principales de Caipora

 

Caipora est un Indien nain, aux cheveux roux et aux oreilles pointues. Il existe des versions dans lesquelles votre corps est tout rouge et dans d’autres, vert.

Elle vit nue dans les forêts et a le pouvoir de dominer et de ressusciter les animaux. Son objectif principal est de défendre l’écosystème et donc de fabriquer des pièges et de semer la confusion parmi les chasseurs.

Par divers bruits, il distrait les chasseurs en leur offrant de fausses pistes jusqu’à ce qu’ils se perdent dans la forêt.

 

Légende de la caipora

Monté sur un cochon sauvage, le dais se promène nu dans la forêt et domine tous les animaux.

Selon la légende, il attaque les chasseurs qui ne respectent pas les accords de chasse conclus avec lui. Comme Curupira, dont il a la parenté, sa mission est de protéger les animaux de la forêt.

Manière d’agir

Selon la légende, le Caipora est la terreur des chasseurs qui chassent au-delà des besoins.

Le Caipora utilise toutes ses connaissances de la vie en forêt pour fabriquer des pièges pour les chasseurs, détruire leurs armes et frapper les chiens de chasse. La canopée effraie les chasseurs en reproduisant les sons de la forêt et modifie les sentiers pour que les chasseurs se perdent dans la forêt.

La légende raconte que les dimanches, vendredis et jours saints, le Caipora agit plus fortement et plus intensément.

Une façon d’échapper à l’action du Caipora est de vous offrir de la fumée de corde et d’autres cadeaux, qui devraient être laissés près du tronc d’un arbre, de préférence un jeudi. Même dans ce cas, rien ne garantit que le Caipora n’agira pas, car ils disent que cela peut être perfide.

Usages du mot « Caipora » et de ses dérivés

Dans le nord-est du Brésil, on dit qu’être Caipora signifie que vous traversez des moments difficiles, avec malchance et malchance.

Certains écrivains brésiliens, parmi lesquels Machado de Assis et Aluísio de Azevedo , ont utilisé les mots « Caipora » et « Caiporism » pour identifier un état de malheur.

Le mot « Caipora » a également été utilisé pour décrire les esclaves qui s’étaient échappés dans les forêts. [6]

Lire
Capoeira en France !Socio-anthropologie

CAPOEIRA PARA TODOS "Abdoulaye" Episode 1

Un article de Rosalie, Paris. Contributrice SOU CAPOEIRA!

Abdoulaye et la capoeira

Entretien avec Peter BROOK par Claude CHALANGUIER Espace de recherche, Vie artistique et culturelle Université Lumière Lyon 2 Reliance n°10 juin 2003Entretien avec Peter BROOK par Claude CHALANGUIER Espace de recherche, Vie artistique et culturelle Université Lumière Lyon 2 Reliance n°10 juin 2003

© GAILLARDET Rosalie
“ Chez eux, je perçois avec émotion l’urgence du geste, l’importance du temps, du son, de la couleur, et par-dessus tout, les interrogations entre le dedans et le dehors, entre l’évidence des corps et la parole incertaine”

Dans le cadre de ma formation d’Educatrice spécialisée, je suis amenée à rédiger un mémoire pratique. Ce projet répond à mes missions en tant que travailleuse sociale, à savoir favoriser l’épanouissement, la progression et l’autonomie des personnes accompagnées.

j’ai eu la chance de pouvoir utiliser ma passion comme outil au sein de mon travail.  Je dois dire que les structures ont été ouvertes à cette proposition un peu décalée, ce qui a été une grande source de joie et d’envie pour moi, que j’espère avoir transmis aux équipes avec qui j’ai travaillé et bien sûr aux usagers.

Dans ce cadre la je vais vous parler de ma rencontre avec « Abdoulaye »

Lire
Capoeira en France !F.F.C

"le breakdance entre aux JO... Quid de la capoeira"

Un article de Mandacaru, Paris. Contributeur SOU CAPOEIRA!

Le breakdance entre aux Jeux Olympiques… Quid de la capoeira ?

Le Comité International Olympique situé à Genève, en Suisse, vient de valider l’entrée de 4 nouveaux sports

© Comité international olympique

(breakdance, surf, escalade, skateboard) aux jeux olympiques en 2024 dans une volonté de mettre en valeur les sports urbains pour s’adapter à un public jeune, avec toutefois la possibilité d’enlever un sport après les JO de Tokyo 2020, mais pas d’en rajouter.

Lire
Newsletter
Become a Trendsetter
Sign up for Davenport’s Daily Digest and get the best of Davenport, tailored for you.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.