Roda ouverte à Salvador, épisode 1: chez Mestre Curio, capoeira angola.

Arrivés au petit matin à Salvador (de Bahia), on avait déjà prévu de se rendre le soir même au « Fort Capoeira » en espérant y trouver un cours ou une rode de capoeira angola. A l’entrée, une première surprise: une affiche précise en français les horaires des cours de l’école Angola Irmaos Gêmeos do Mestre Curio. On se sent déjà bienvenus au moment de pénétrer dans l’enceinte du fort.

MaestreCurioNotre petit groupe entre discrètement dans une des salles qui donne sur la cour et prend place sur des chaises en plastiques prévues pour les spectateurs de la rode ouverte. Dans le même temps les capoeiristes se préparent : ils se mettent en cercle et arrangent une dernière fois leur costume – un t-shirt large jaune bien rentré dans un pantalon noir avec une bande jaune et chaussures au pied.  J’aimerais les prendre en photo mais un panneau l’interdisant m’arrête net.

La rode commence par une sorte de purification de Mestre Curio vis-à-vis de ses élèves: il marche une première fois autour de la rode avec un encensoir puis une deuxième devant chacun pour qu’il « prenne » un peu de la fumée et une troisième fois où le Mestre passe cette fois sur les pieds des capoeiristes. Ce rituel se termine dans l’encadrure de la porte, où le Mestre agite une dernière fois l’encensoir puis répand de l’eau sur le pas de la porte, boit un peu et finalement jette le contenu du verre derrière son épaule vers l’extérieur.  Je n’ai pas osé demander ce que signifiaient ces gestes…

La bateria s’anime alors et les capoeiristes enchainent des jeux de façon très concentrée. Le jeu a été arrêté une seule fois par le Mestre car un jeu était apparemment devenu violent. Une vive discussion s’en est suivie entre Mestre Curio et Mestra Jararaca sur qui avait commencé… Il m’a semblé que ce rappel à l’ordre visait principalement la dizaine de personnes venue participer et appartenant à d’autres groupes. La rode s’est finalement terminée par un samba de roda très animé à laquelle ont été conviés les spectateurs.

A la fin les deux français sympathiques que nous avions croisé avant la roda nous annoncent qu’une roda a lieu le lendemain matin chez les Filhos de Bimba et que ça serait bien de venir pour voir « autre chose »! Devinez ce qu’on a fait ? Bah on y est allés bien sûr ! Les détails dans un prochain post !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *