Contra mestre Black

Antonio Augusto Da Silva Filho – Contra mestre Black

Dans la vie, il est : Prof de capoeira  

 

black-luanda capoeira paris
© capoeiraluanda-paris.com
Son vrai nom : Antonio Augusto Da Silva Filho
Origine : Paulo Alfonso Bahia. Né en 19XX (ne cassons pas le mythe)
Années de capoeira : depuis 1997
Groupe : Capoeira Luanda
Formé par : Mestre Jelon
Signature move : envergado
A PROPOS DE Contra mestre Black:

« J’ai connu la capoeira à l’école lors de la « Fête du Folklore » où il y avait une démonstration de capoeira. J’ai alors ressenti une forte émotion et une sorte de mélancolie. J’ai alors pris la décision de m’entraîner tout l’année suivante pour pouvoir faire partie de ce spectacle l’année d’après. A partir de là je ne me suis jamais arrêté.

J’ai décidé de vivre de la capoeira, de participer à des rodas, de rencontrer d’autres capoeiristes et de voyager. Par la suite j’ai commencé à donner des cours de capoeira dans le cadre d’une institution Apae qui s’occupait de personnes en difficulté.

En 2005 j’ai déménagé à Aracaju, ville balnéaire située au nord de Salvador de Bahia. Là j’ai commencé à suivre un entraînement intensif et en parallèle je donnais des cours.

En 2007, j’ai été invité à venir participer à un événement de capoeira organisé par Professeur Rattinho. J’ai ensuite saisi l’opportunité qui m’était donnée de m’installer à Paris et de donner des cours de Capoeira à Paris, en France.

Quand j’étais petit, j’avais vu un reportage à la télé où j’ai découvert le Tour Eiffel. J’ai alors dit à ma mère qu’un jour j’irai là-bas. Aujourd’hui je suis content d’avoir réalisé ce souhait.

Depuis 2009, j’ai monté ma propre école de capoeira à Paris. »

  • Pourquoi j’ai accroché: il a été fasciné par le rythme, l’agilité.
  • Pourquoi mon apelido: selon le professeur qui lui a donné son apelido, c’est parce qu’il était celui qui avait la couleur de peau la plus foncée du cours, et qu’il disait que ça « sonnait bien », et qu’il aurait voulu lui-même s’appeler comme ça.
  • Ma plus grosse raclée: une de celle dont il se souvient le mieux c’est quand il était corde orange bleu, il jouait avec un gradé et lui a fait une cabeçada au dessus de la bouche. Pendant volta ao mundo, le capoeiriste a soulevé son t shirt pour éponger son nez, et quand il l’a remis, tout le monde a vu que le t-shirt blanc était couvert de sang. Quelqu’un d’autre a directement acheté le jeu, et a mis un pisao dans les côtes de Black, tellement brutal que ça lui a superposé une côte avec celle du dessus… Deux semaines plus tard, en travaillant les poids sur un banc, la côte s’est replacée toute seule à sa place d’origine !
  • Le plus beau compliment qu’on puisse me faire: Black apprécie tous les compliments ! Mais particulièrement quand il s’agit  de compliments sur ses élèves
  • La critique que je ne supporte pas d’entendre: que la capoeira n’est pas une profession.
  • Ma chanson préférée: c’est parana é !
  • Un grand capoeiriste pour moi, c’est: en quelques mots, celui qui arrive à être en harmonie avec le rythme, et dans cette harmonie réussir à montrer le côté martial de la capoeira d’une telle manière qu’on pense qu’il est en train de danser.
  • Tu peux me trouver: http://capoeiraluanda-paris.com/ au gymnase Archereau (61-63 rue Archereau, 75019) le mercredi de 20h à 22h, et le samedi de 14h à 16h, ainsi qu’au gymnase Chaumont-Lepage à Jaurès, le jeudi de 21h à 22h30, ou encore à la MJC de Ermont Eaubonne ou de Soisy, le lundi soir et le mardi soir.
  • Citations : « La capoeira appartient à ceux qui s’entraînent ! »
LES ARTICLES :

VOLTAO O MONDO: CAPOEIRA MOVIES FINAL RED BULL PARANUÊ

LA VIDEO :

 

Liens :

Qui est Professor Black ?