On a testé… le Mihabodytec !

On a testé… le Mihabodytec !

Etant accro à la capoeira et au sport, je tourne au minimum à deux heures, quatre fois par semaine, auxquelles j’ajoute régulièrement quelques heures de stage de capoeira le week-end (c’est pour le goût !).

 

© bodytec-club.com

Depuis quelques temps, j’entends parler des séances de MihaBodytec. Je me souviens des appareils à électrodes qu’on nous proposait sur le téléachat type Sport-Elec ou Compex, mais je n’ai jamais été trop séduit par l’idée de faire de l’électrostimulation avec une ceinture d’électrodes censée donner du tonus à mes abdominaux tout en étant affalés sur le canapé…

Séance d’essai

Malgré tout, je suis quand même allé à la pèche aux informations en rentrant dans un centre de fitness (dans le 3e à  paris) et en parlant à un coach afin de prendre quelques renseignements. Il me propose une séance d’essai gratuite (malandragem). Le rendez-vous est pris pour la semaine suivant (toujours battre le fer tant qu’il est chaud!), donc  un soir, après le travail, je file à au centre, les mains dans les poches mais pas tout à fait détendu je l’avoue, car j’appréhende la sensation de stimulation électrique! Lors d’une soirée actions ou vérité, j’avais déjà essayé un patch Sport-Elec sur le dos de la main ! Quelle horreur!!!! Je m’étais dit « jamais de la vie j’utiliserai ce truc » !

 

Le principe

© bodytec-club.com

Tout d’abord, tu enfiles une tenue bien spécifique fournie par le coach perso : tee-shirt noir et leggings noir. Mais attention, les sous-vêtements sont aussi à retirer pour permettre l’optimisation de l’électrostimulation.

Une fois en tenue, le coach me demande de mettre un gilet dans lequel sont intégrées des électrodes disposées à des endroits stratégiques comme les dorsaux, les pectoraux, les abdominaux, ou encore sur les bras, les cuisses et les fessiers. Le coach prend soin de bien humidifier le tout pour booster les sensations. Puis, ni une, ni deux, il coach fait ses « branchements », me relie à la machine, et c’est parti, c’est l’heure du test !

Avec le MihaBodytec, la stimulation arrive alors que le muscle est déjà mobilisé par le mouvement que l’on fait avec quelques exercices pas bien compliqués, guidés et encadrés par le coach sportif formé. Tu te rends bien compte que ces électrodes permettent un travail profond et simultané de huit groupes musculaires.  Le coach augmente et réajuste l’intensité des électrodes en fonction de mes sensibilités : « Le but, ce n’est pas d’avoir mal mais de ressentir que ton muscle se contracte et travaille au maximum de ses capacités. »

Haute dose

© bodytec-club.com

Bien entendu, je veux pousser au maximum, histoire d’en avoir pour mon argent (et d’impressionner la petite minette d’à côté). Air de fanfaron au début, j’ai très vite été à bout de souffle. Les stimulations sont intenses et j’ai eu des difficultés à rester concentré à la fois sur les exercices à exécuter et les contractions de mes muscles. Les exercices de contraction du muscle sont simples et je me rends compte rapidement que le gainage d’une jambe à l’autre ou que les flexions d’un bras à l’autre m’apportent des sensations extrêmement différentes.

Si chaque groupe de muscles est activé par une source séparée et reçoit une dose individuelle de stimulation, ce sont tous les grands groupes musculaires qui travaillent simultanément : cuisses, fessiers, abdominaux, haut du dos, dorsaux, lombaires, pectoraux et bras. Et on le sent passer !  Lorsqu’un de mes abdos me fait mal, j’oublie de souffler pendant que je contracte… Grossière erreur… cette sensation est nouvelle pour moi, que se passe-t-il ? « C’est parce que les muscles ne sont pas aussi renforcés d’une jambe à l’autre, d’un bras à l’autre. Mihabodytec permet de rééquilibrer cette disproportion musculaire. »

C’est alors que j’ai compris que ma jambe droite était pour ainsi dire optionnelle, et que mon bras droit (je suis gaucher) ne m’aiderait jamais à ouvrir un pot de confiture. Au fil de la séance, je commence à m’habituer aux stimulations, plutôt virulentes au début, et parviens à terminer la session MihaBodytec sans être au bord du gouffre.

© bodytec-club.com

Le coach me dit de contracter tel ou tel muscle et de conserver la contraction jusqu’à la fin de la stimulation électrique. Sur des mouvements de bras, ça tire comme si j’avais des haltères à la main. Et niveau cardio, il faut suivre : le rythme est soutenu et les quelques secondes de pause entre chaque série passent à une vitesse folle. Du coup, les résultats sont très rapides et sculptent toute la silhouette, puisque la combinaison agit sur plusieurs zones à la fois. Un excellent moyen de se muscler et se tonifier, tout en luttant contre la cellulite et ce, sans y passer des heures !

Fin de la séance. Je sens que mes muscles ont travaillé. Et je me sens bien. Un peu fatigué, un peu transpirant mais bien, comme après une bonne séance de sport, avec l’envie de recommencer. Je me sens plus tonique et dynamique.

20 minutes avec cette machine équivalent à 4 heures de travail en salle de sport en termes de contraction musculaire pure. C’est la promesse du MihaBodytec,

La séance dure 20 minutes, et est alternée de 4 secondes de travail et 4 secondes de repos. Sur les temps de travail, tu contractes tes muscles en prenant les positions indiquées par le coach (flexions, extensions, exercices de gainage) et sur les temps de repos, tu relâches. C’est toi qui choisis l’intensité de la machine, zone par zone. Ainsi, elle est entièrement réglée au cas par cas, selon tes propres capacités.

 

Et après ?

Petit conseil : bien boire sur la journée mais aussi le lendemain pour atténuer l’effet des courbatures, qui apparaissent forcément. Pour le moment, je peux encore monter les escaliers. On en reparle demain ? 24 heures après, c’est surtout mes fessiers qui en ont pris un coup, au sens propre. Les courbatures ont rythmé ma journée, m’empêchant même de me lever pour reprendre un dessert.

48 heures après, j’ai eu une sensation de grande fatigue, encore beaucoup de courbatures et des nouvelles. Et surtout j’ai dû refaire quelques réglages pendant mes entraînements de capoeira, mes muscles étant plus toniques, je me suis essoufflé plus vite, et la sensation de fatigue a mis du temps à passer. C’est comme si mon muscle était débridé.

Mais j’avoue avoir été bluffé par cette petite séance de 20 minutes. En bref, je me sens mieux dans mes baskets et forcément, j’ai envie de continuer afin de maximiser les résultats.

Une adresse ?

© bodytec-club.com

Bodytec Club Paris – 21 rue Michel Lecomte

Tel : 01 73 74 19 78
Métro :

Rambuteau ligne 11 – Chatelet – Les Halles : RER A / B / D –

Metro Ligne 1 – 4 – 7 – 11 – 14 (5 minutes à pied)

www.bodytec-club.com

 

 

Combien ça coûte ?

En centre : à partir de 45€ la séance / 350€ les 10 séances avec une séance d’essai offerte. A domicile : à partir de 80 € la séance.

Ce que j’ai aimé : 

Il est possible de réguler l’intensité de l’électrostimulation en fonction de mes envies. Pour celles qui souhaitent avoir des abdos en béton mais sans dessiner leurs bras, c’est évidemment possible. Avec ce procédé, on peut facilement cibler la zone à travailler.

– Arriver les mains dans les poches avec seulement une paire de baskets. Pas de sac encombrant, tout est déjà fourni sur place, chouette.

– Mon coach a aussi joué un rôle important dans mon appréciation. Je me suis senti moins seul dans l’effort et même capable de pouvoir dépasser mes limites.

– Les résultats aussi rapides qu’efficaces m’ont également plu. C’est en fait l’effet boule de neige de positivité.

Les séances passent à une vitesse folle, on a peine commencé que c’est déjà fini.

Ce que je n’ai pas aimé : 

– Les stimulations du début sont particulièrement désagréables. Sur une peau pas très tonifiée, les sensations sont déplaisantes et bizarres à certains endroits – les pectoraux par exemple.

Apres une journée les courbatures ont montrées le bout de leurs nez, le deuxième jour tout mon corps a été rempli de courbature et au cours de la semaine, j’ai ressenti une grande fatigue surtout lors de mes entraînements car je sollicite le muscle plus en profondeur.

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager!
N’oubliez pas de liker SouCapoeira sur facebook et de nous suivre sur twitter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.