Du « choro » à Paris ce week-end!

© Maria Inês Guimarães
© Maria Inês Guimarães

De retour du week-end de Pâques et plein de chocolat, vous ne savez pas quoi faire pour vous dépayser le week-end prochain?

La médiathèque Marguerite Duras (115 rue de Bagnolet 75020), dans le cadre de son cycle instrumental édition 2015, focalisé sur le piano, propose le Samedi 11 Avril à 15h30 un concert de Maria Inês Guimarães.

Son album Norte e Sul, paru en 2014, inclut piano, voix, saxophone, percussions et basse pour revisiter le choro, musique traditionnelle brésilienne.

Choro, © Berceuse.electrique.over-blog.com
Choro, © Berceuse.electrique.over-blog.com

Ce rythme populaire est né à la fin du XIXème siècle à Rio de Janeiro, qui accueille à ce moment les Noirs qui quittent les campagnes après la fin de l’esclavage et des migrants européens de différents pays (italiens, allemands, espagnols…). Le choro reprend des morceaux classiques en y ajoutant des rythmes africains et une bonne dose d’improvisation. Les groupes se composent de plusieurs instruments: la flûte, la guitare et le cavaquinho à l’origine, puis innovent en intégrant piano, clarinette, saxophone, bandolim. Instrumental à l’origine, le choro inclut parfois des voix.

Omniprésent au début du siècle sur les places publiques et dans les botequims (petits bars), il sera un peu éclipsé par le jazz ou la samba dans les années 30, puis par la bossa nova dans les années 60. Depuis les années 70 et 80, plusieurs musiciens donnent une seconde vie aux classiques du choro, tout en gardant un esprit d’improvisation et d’innovation.

Pixinguinha, © Saraiva 2015
Pixinguinha, © Saraiva 2015

D’entre les grands représentants du choro, vous pouvez avoir entendu parler de Pixinguinha (flûtiste et saxophoniste) ou Jacob do Bandolim, les compositeurs célèbres Ernesto Nazareth et Heitor Villa-Lobos, et plus récemment Paulinho da Viola (sambista et chorão) ou Hamilton de Holanda. Vous pourrez découvrir leurs oeuvres à la médiathèque Marguerite Duras, après le concert de Maria Inês Guimarães!

Pour en savoir plus:

Et enfin, le documentaire de Mika Kaurismaki, Brasileirinho, pour découvrir le choro en image et en son!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.