Comment continuer la capoeira quand on est blessé?

Un article de Lipstick Capoeira! On vous repasse un article de 2014, vous êtes blessé, que faire?

Source : http://www.lipstickcapoeira.com/

Je voulais vous mettre une photo de moi et de ma fracture en 2006, mais je ne l'ai pas retrouvée ;-)
Je voulais vous mettre une photo de moi et de ma fracture en 2006, mais je ne l’ai pas retrouvée 😉

Et si malgré toutes mes recommandations vous êtes blessé, que faire? Après être allé voir le médecin, avoir posé le diagnostic et défini le traitement adéquat, on n’est pas obligé de se morfondre chez soi jusqu’à la guérison. Au contraire!

Pour avoir été dans cette situation une ou deux fois, voilà ce que je recommande: il faut POSITIVER!!!

C’est finalement une chance de pouvoir travailler autre chose que le côté martial ou acrobatique non?

N’oublions pas que la capoeira est avant tout une culture à moult facettes et que ce temps de repos forcé est l’occasion d’approfondir les domaines qu’on néglige et dans lesquels ont a parfois pas trop le temps de se plonger d’habitude because grosso-modo: on finit le boulot a 18h, entrainement à 19h, dîner vers 22h voire plus tard…

Transformez vos 2h d’entrainement en 2 heures de culture! Ce bouquin de capo qui traine depuis quelques mois et que vous n’avez jamais fini de lire, et bien c’est le moment!

© Lipstick Capoeira
© Lipstick Capoeira

Les questions qu’on se pose sur l’origine, les mestres, les courants, les traditions, les rituels etc…et qu’on n’a jamais osé ou eu le temps de poser : GOOGLE devient alors votre meilleur ami 🙂

S’inspirer de vidéos pour créer dans sa tête de nouveaux mouvements ou des enchainements à placer dès qu’on reviendra jouer: YOUTUBE deviendra alors votre 2ème meilleur ami.

© Olhar Social
© Olhar Social

Et pourquoi ne pas (si votre condition physique le permet) venir aux entrainements? Se mettre dans un coin et OBSERVER:

-les mouvements/enchainements donnés par le profs pour les décortiquer et les mémoriser. Parfois on a un nouvel œil en tant que «spectateur », on voit des choses, des détails qu’on n’aperçoit pas toujours quand on est dans le chaud de l’entrainement.

-le jeu de cet(te) élève qui arrive toujours à vous avoir dans le jeu. Comprendre son mécanisme, analyser ses gestes , ses habitudes: a t-elle toujours la même façon d’enchainer ses coups, sa garde est elle ouverte sur certains mouvements, comment se déplace t-elle dans la roda… En observant et analysant le jeu d’une personne on prépare déjà dans sa tête la contre-attaque ou le piège dans lequel on l’amènera la prochaine fois.

-la bateria, comment rentrent les instruments, quels sont les chants lancés et leurs sens à cet instant-là de la roda.

Parfois on manque aussi de vision centrale et périphérique que j’appelle 3V : Vision du jeu des 2 capoeiristes , Vision de la roda, Vision alentours (ce qui se passe en dehors de la roda). C’est pourquoi lorsqu’on vient en « spectateur » on peut travailler sur ces aspects là et prendre conscience de leur importance.

L’observation fait partie de l’entrainement et ce petit repos forcé peut nous permettre de développer cette aptitude.

On peut venir au cours pour observer soit, mais également pour s’entrainer! Une blessure sur le haut du corps? Entrainez le bas du corps! Et vice versa. Bien sûr les mouvements doivent être contrôlés et ne pas gêner la guérison.

On peut aussi s’entrainer aux instruments et aux chants! En quoi une foulure empêche t-elle de jouer du berimbau ou de lancer une chanson?  🙂 Ceci dit, entre nous, je déconseille fortement de jouer du pandeiro avec une fracture en cours de guérison (au hasard: une fracture spiroïdale du cubitus… ), les vibrations occasionnées dans le bras ne feront que prolonger (voire doubler) votre temps de consolidation osseuse (et oui, expérience vécue ! ).

© by Centre-Momboye.com
© by Centre-Momboye.com

Et surtout on peut aussi venir aux entrainements pour contribuer à l’énergie du cours et de la roda. Transmettre sa bonne humeur, emmagasiner de l’énergie et partager ensemble des ondes positives qui joueront aussi sur votre rétablissement!

Donc en gros, vous pourrez TOUJOURS continuer à faire de la capoeira quelque soit votre blessure. C’est pas une bonne nouvelle ça?

Posté dans Capoeira et moi chez LipstickCapoeira

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.