Capoeiriste blessé mais pas que…

Un article de BRANCA (Bordeaux) nouvelle contributrice SouCapoeira!

On le sait tous, nos évènements de capoeira se préparent à l’avance. Ce sont les grands RDV de l’année, que l’on attend avec impatience.

copyright Viúva Arte Negra
© Viúva Arte Negra

Retrouvailles, nouvelles rencontres, échanges et pratiques, émotions humaines et aussi une épreuve pour notre corps, qui va être soumis à beaucoup d’efforts en peu de temps… mais on a hâte d’y être !

On se prépare en amont aux entrainements : on revoit nos chants et toques de berimbau, ainsi que quelques mouvements. On prend part à l’organisation de l’évènement en s’inscrivant en tant que bénévole pour tel ou tel « stand ». L’évènement approche, l’excitation et le stress montent, la fatigue commence à se faire sentir et on force plus aux entrainements jusqu’au moment douloureux : la blessure !!!

Plusieurs émotions nous passent par la tête : la douleur, la colère, et puis la déception et la frustration de se dire qu’on ne sera pas opérationnel pour cet évènement tant attendu…

Avec le recul, on se rend vite compte que la capoeira n’est pas seulement la pratique du sport qu’est cet art martial, et que l’organisation d’un évènement de capoeira s’élargit à bien d’autres compétences. Blessée lors du dernier Natal Capoeirando Arte Negra 2014, qui se déroulait du 5 au 7 Décembre, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer, bien au contraire!

Arriver avant tout le monde chaque jour pour m’occuper de l’accueil et des inscriptions toute la journée, aider au bar lors de la soirée du samedi soir ainsi qu’au nettoyage de la salle, aider aux sandwichs et enfin faire les comptes de l’évènement… Tout ceci semble hors capoeira mais est pourtant bien nécessaire au bon fonctionnement d’un évènement, et surtout permet de partager d’une autre façon l’évènement avec ses camarades, les professeurs et mestres !!!!

© Viúva Arte Negra
copyright Viúva Arte Negra

Il faut aussi rappeler que la capoeira est un art martial, accompagné de chants et musiques que l’on nous apprend lors des entrainements et au fil des années, des rencontres. A part si on a une extinction de voix ou encore 1 bras dans le sac, rien ne nous empêche de participer aux chants ainsi qu’à la bateria, qui sont de grands moments d’émotions, d’apprentissage et de métissage. J’adore !

Le plus gratifiant est de se sentir remercié. Mon professeur, Marcelo Cacique, lors de la clôture de ce Natal, m’a remercié personnellement ainsi que les autres capoeiristes pour notre participation à l’organisation de l’évènement, et ce devant tout le monde. Les applaudissements de tous sont une belle récompense !

Chaque satisfaction est bonne à prendre, mais être blessé ne veut pas dire ne pas pouvoir participer, c’est une question de volonté et d’investissement ! Héa !

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager!
N’oubliez pas de liker SouCapoeira sur facebook et de nous suivre sur twitter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.