Capoeira me leva 2016 ? En un mot : GE-NIAL.

Un article de Estilo, Paris, nouveau contributeur SouCapoeira!

Mais est-ce vraiment une surprise au vu des derniers événements proposés par Professor Faisca et ses élèves ?

Capoeira Me Leva 2016
© Vophotos.fr

Avec des invités aussi

talentueux que généreux, cette nouvelle édition ne pouvait être que dans la lignée des anciennes. Vendredi soir, ouverture du festival avec un stage d’un des maîtres fondateurs du groupe Capoeira Brasil, Mestre Paulinho Sabia. Un stage tous niveaux où on alternait des mouvements de Banguela et de Sao Bento, suivi d’un grand « corredor » relativement étroit obligeant les joueurs à faire preuve de vigilance dans leurs mouvements.

Capoeira Me Leva 2016
© Dara Faisca

Le nombre de participants étant conséquent, il était « compliqué » de rester plus de 10 secondes (5 secondes ?) dans les jeux dans la zone où la plupart des gradés s’était regroupée ! Une roda par niveaux s’en est suivi pour terminer cette première soirée. Roda pleine d’énergie comme toujours dans les festivals, avec de beaux jeux à tous les niveaux mais, avec peu de visibilité (trois ou quatre rangées) ! Surtout pour les malheureux plus petits de taille qui n’ont pas réussi à se glisser à l’avant de la roda quand elle a commencé ! Samedi ! Longue, très longue, très très longue journée ! De jour, on commence avec des stages avec des intervenants venus d’un autre groupe que Capoeira Brasil, Instrutor Africano de Ginga Mundo (Barcelona), Contra Mestre Galinha de Aruê Capoeira (Madrid) et Professor Touro de Lembrança Negra (Bari), dispensant des cours de Benguela. Une expérience très intéressante pour bon nombre d’entre nous au vu des réactions suscitées. Vient ensuite l’aula de Contra Mestre Piolho de Cordao de Ouro (Chester) ! Cours de Miudinho. Alors là… comment dire ? Quand on est pas habitué à ce genre de mouvements on redécouvre le sens du mot humilité, si toutefois on l’avait oublié. Mouvements qui paraissent si simples quand ils sont démontrés… Stage qui là aussi a suscitées de belles réactions. Une petite pause repas (et poignets), où on avait des délicieux food trucks italien et créole mis à notre disposition 🙂 14h !

Capoeira Me Leva 2016
© Vophotos.fr

Reprise avec de la danse avec le virevoltant Professor Topete de GCB (Bordeaux), accompagnée d’Instrutora Feticeira de GCB (Bordeaux) également. Idéal pour une reprise en douceur mais qui monte en énergie tout au long de la séance ! Par la suite les débutants ont eu droit à un cours avec Formado Ebano de GCB (Strasbourg), et les intermédiaires ont eu droit à la salle de gym pour une session accro avec Formado Guerreiro de Capoeira Nagô (Londres). Des stages qui ont rencontrés un fort succès 🙂 Les avancés quant à eux, étaient avec Mestre Curisco de Capoeira Males (Seattle) qui donna un cours de Sao Bento, axé sur l’importance du placement du poids du corps, de nos appuis et des épaules dans nos jeux. Pour ce faire des « brincadeiras » sont entammées : jeux avec les mains dans le dos, avec cinq pompes pour celui ou celle qui lâche, et jeux où chaque capoeiriste est retenu par un autre capoeiriste par la taille avec une corde ! Pas la peine de vous dire que son point de vue fut bien compris à la suite de ces minis jeux 🙂 Une petite compétition 5 vs 5 les mains dans le dos pour terminer ce cours fort intéressant, où tout le monde fera dix pompes par solidarité aux vaincus ! Ca c’est pour la journée. En effet, le batizado était prévu pour 19h et quel batizado ! D’abord, le spot.

Capoeira Me Leva 2016
© Vophotos.fr

Une pièce normale mais surplombée par une sorte de mezzanine, bombée de spectateurs, qui ferait presque penser à une arène ! L’ouverture du baptême se fait par la roda des gradés qui mettent une énergie de fou, transcendée par l’accompagnement au chant de toute la salle surpeuplée. Les nouveaux élèves, sûrement apeurés (ça aurait été mon cas en tout cas ^^), passent avec brio dans le monde de la capoeira. Les cordes débutantes montrent l’étendu de leurs capacités acquises tout au long de leur apprentissage et résistent tant bien que mal aux tentatives malicieuses, mais bienveillantes, des gradés. Tout ça fait monter l’énergie, qui ne redescendra plus après THE spectacle de Maculélé, préparé en seulement une semaine. Etant loin, mais alors loin, d’être un expert en Maculêlé je ne saurais dire si c’était un spectacle classique ou non, mais en terme d’intensité c’était du haut niveau vu de haut, alors d’en bas je n’ose même pas imaginer ! Aucune hésitation, de l’énergie, de l’expression, les atabaques qui étaient devenus presques vivants sous les mains des profs, rien à dire à part : bravo. Vient le tour des cordes rouge/bleu, au nombre de quatre. De beaux jeux, techniques, rapides, on sent qu’ils sont préparés ! La cérémonie se poursuit avec le passage des cordes bleues, synonyme d’entrée dans le monde des gradés chez Capoeira Brasil. Là, c’est du sérieux avec les plus anciens de l’école, Pernalonga, Antoine, Molequinho et Guizmo. On se dit que Nanterre dispose d’une belle « armée » de gradés à présent ! La fête est belle et se termine avec Instrutora Jamaica qui reçoit sa corde verte des mains du Mestre Paulinho Sabia, un moment d’émotion de plus partagé avec tout le monde, et surtout les plus anciens qui ont évolué avec elle. Longue journée… mais qui se poursuit avec la traditionnelle soirée du festival, avec un très bon repas et DJ Dolhio aux platines qui a mis le feu comme à son habitude !

Mais… un élève fut oublié lors du passage de grades, pas grave, on stoppe la soirée on ressort les instrus et c’est reparti pour une roda ! Le courageux,

Capoeira Me Leva 2016
© Vophotos.fr

va jouer avec quatre ou cinq gradés avant de recevoir sa corde blanche dans une ambiance qu’il n’oubliera pas si vite. Et quelque chose de presque normal arriva chez des capoeiristes… la roda a continué pour le plus grand plaisir des plus affamés ! Bon elle finit vite malheureusement cette roda, mais pour laisser place à la musique et aux déhanchés. Cependant, d’irréductibles jodagores se faufilèrent dans la salle du batizado où, erreur !, les instruments étaient restés seuls… Deux ou trois ont commencé à toquer et chanter, deux ou trois se sont mis à jouer et aux alentours d’une heure du matin, ce qui devait arriver arriva, une nouvelle roda commença avec ceux qui passaient par là et qui finalement, participaient ! Tout cela se faisant sans déranger la soirée se déroulant juste à côté derrière un rideau faisant augure de séparation d’ambiance comme dans une boîte de nuit 🙂 Après une courte nuit, une roda de rue était organisée près de la salle de la soirée. Le nombre de capoeiristes avait « légèrement » diminué… Ce qui a permis à des moins gradés de gratter des jeux avec les professeurs et maîtres présents !

De retour au gymnase, les avancés, qui avaient fait une réclamation auprès de Professor Faisca pour avoir droit à la salle de gym, ont eu

Capoeira Me Leva 2016
© Vophotos.fr

droit à un stage d’accro avec Formado Guerreiro pendant que les débutants et les intermédiaires étaient avec Mestre Mindinho de Capoeira Brasil (San Diego). La journée du dimanche se poursuivit avec un stage tous niveaux de Mestre Curisco et se termina avec une grande roda avec plusieurs jeux où tout le monde pouvait jouer à foison et qui permettait de mélanger les niveaux, avant de laisser place aux gradés pour la roda finale. Le professeur Faisca remercia un par un les invités, ainsi que tous les participants et ses fidèles élèves avec une certaine émotion, avant que la traditionnelle photo de fin de festival ne clôture ce week end riche en couleurs ! Capoeira me leva 2016 ? En un mot : GE-NIAL.

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager! 
N’oubliez pas de liker SouCapoeira sur facebook et de nous suivre sur twitter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *