A primeira vez

Un article de Filósofo  (Paris) nouveau contributeur Sou Capoeira.

La première fois…

“il y a une première fois pour tout”,

ALEX ILLUSTRATEUR
© ALEX ILLUSTRATEUR

combien de fois j’ai eu l’occasion de voir/ d’entendre cette phrase?

Combien de “premières fois” sont déjà passées dans nos vies sans bien même que l’on s’en rende compte, et combien d’autres nous n’oublierons jamais : premier voyage sans les parents, premier petit(e) ami(e), premier baiser, première fois que l’on a vu la capoeira

Ce que je vais décrire ici c’est ma première fois, je veux dire, mon premier article pour “Sou Capoeira”. Et comme toutes les premières fois, il y a un mélange d’exception, d’incertitude, d’envie, de tension, d’animation et d’espoir : est ce que ça va vraiment marcher?

Pour commencer j’aimerai éclaircir quelques éléments : je ne suis pas Maitre de capoeira, et je n’ai donc aucune autorité qui puisse se combiner avec la connaissance, expérience et temps.

©nohipstergirls

Ma proposition est alors de parler de thèmes, concepts et points qui ont surgi dans mon expérience de capoeiriste et de mes recherches sur la capoeira, et d’autres domaines sur lesquels je travail. Mon but n’est pas de parler “comment doit on”, ni d’informer, mais plutôt motiver la réflexion, et la pensée. Ceci veut dire que j’aimerai également avoir des retours de vous lecteurs; sur ce que vous pensez, acceptez ou non, et peut être aussi me donner des pistes sur des sujets que vous souhaiteriez traiter.

Au delà de la capoeira ma spécialisation est la Philosophie, les sciences politiques et sociales, l’éducation, domaines dans lesquels j’implique aussi la capoeira; de ce travail surgit de nombreux tèmes dont je vais parler dans les prochains paragraphes.

Pour ne pas rester que sur une introduction, je souhaiterai continuer sur l’idée de la première fois. Dans la capoeira, mis à part la première rencontre avec cet art,

ALEX ILLUSTRATEUR
© ALEX ILLUSTRATEUR

l’une des plus importantes première fois est le premier cours et le premier professeur de capoeira. J’ai déjà entendu dire par un maître que “la vrai base du jeu de capoeira et technique d’un capoeiriste” est donnée dans les 2 à 3 premières années. Après cela, c’est presque impossible, ou tout du moins très difficile de changer le jeu, le style d’un élève.

Alors je me suis demandé : est ce que cette affirmation peut elle etre réfléchie de façon scientifique?

J’ai donc regardé dans la psychologie du développement, comment notre cerveau a la capacité d’apprendre et de développer l’être humain. En vérité, notre cerveau consiste en différentes parties et l’une d’elle est la mémoire. Ce que l’on travail lorsque l’on pratique la capoeira c’est la mémoire corporelle; apprendre et améliorer un mouvement jusqu’à ce que l’on n’ait plus besoin d’y penser pour le faire. Ce genre de mémoire se dit processuelle; la place de nos routines et automatismes. Compétences que l’on aquises a un certain moment et la plupart du temps après beaucoup de pratique et répétitions.

Mais toutes les répétitions n’ont pas les même valeurs : les premières ont beaucoup plus d’impact que celles qui suivent.

© ALEX ILLUSTRATEUR

Parce que comme tous le savons changer d’habitude est difficile, et dans la capoeira cela est du à la mémoire processuelle. Alors, quand nous sommes dans le cours de capoeira, nous apprenons a créer une habitude, qui sont les mouvements/ enchaînements de capoeira. Ces mouvements nous apprenons comment les reconnaître/voir et imiter avec une correction par le professeur. Et pour cette raison la première fois, le premier professeur, sont si importants : c’est à ce moment la ou les fondamentaux, la routine sont acquis. Une maison sans bonne fondations tombe, un capoeiriste avec de “mauvaises habitudes” va rarement développer son jeu à de hauts niveaux.

Avec les enfants, il y a d’autres facteurs qu’il faut prendre en compte, car jusqu’à l’age de 25 ans notre cerveau se développe, ce qui veut dire que jusque la, tous les stimuli des personnes, de l’environnement, de la propre expérience ont une influence plus grande sur le développement du cerveau et sur les capacité que l’on va développer le reste de notre vie. C’est dans les 6 premières année de vie que le disque dur du cerveau se développe, que se détermine les possibilités de logiciels qui s’ajouterons par la suite.

Cela veut dire, qu’apprendre aux enfants est presque une plus grande responsabilité que d’apprendre aux adultes : non seulement d’un point de vue pédagogique, mais encore plus d’un point de vue du développement du cerveau et des compétences qui surgissent de lui.

Dans la capoeira il y a une chose particulière : parce que moi, comme la plupart des professeurs de capoeira avons appris à donner des cours avec les enfants.

© ALEX ILLUSTRATEUR

Les premiers cours que nous pouvons gérer seuls, sont généralement, celles des enfants ou débutants. Il y a plusieurs motifs à cela : les petits font de toi un bon professeur – si tu sais gérer un groupe de 5 à 8 ans, alors pour sure tu sauras gérer un groupe d’adultes. Un professeur qui débute, a rarement assez d’expérience et outils pour affronter un groupe d’adultes avec plus d’expérience en capoeira. Il doit commencer a enseigner la base, etc…

Si l’on regarde d’un point de vue apprentissage, développement du corps et de l’esprit, ainsi que le lien avec nos capacités, cela parait étrange de se dire que dans la phase la plus délicate de l’apprentissage l’on met les professeurs les moins expérimentés et débutants. Cela même quand l’on sait que mal gérer un enfant peut lui causer des problèmes pour le reste de sa vie. Alors pourquoi laissons autant de choses au hasard?

En parlant de cela… il y a une autre chose importante qui se lie a ce sujet que je traiterai dans un prochain article… qu’est ce que “l’exemple”.

Vous avez aimé cet article? N’hésitez pas à le partager!
N’oubliez pas de liker SouCapoeira sur facebook et de nous suivre sur twitter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.